Réseau national

L’association ABPS reste à la disposition de groupements de professionnels, associations  et institutions sur d’autres territoires pour partager et transférer leur expérience de structuration et d’action et pour toute aide et appui nécessaires dans leur développement. Elle participe à faire connaître et mettre en réseau des professionnels formés et qualifiés par territoire. Par exemple :

  • Création du « Groupement des Artisans Pierre Sèche » (GAPS) en Ariège en
    octobre 2012 avec un accompagnement ABPS depuis 2010
  • La formation et l’accompagnement des jeunes professionnels italiens du parc
    Alpimarittime, qui a aidé la création de la coopérative en octobre 2012

ABPS réalise également un accompagnement technique et professionnel pour le développement de la nouvelle filière « pierre sèche » en France. La démarche consiste à élaborer et faire homologuer des nouvelles qualifications et des cadres techniques et spécifiques pour le marché de la pierre sèche (regles professionnelles, assurance décennale…), à former et qualifier des jeunes professionnels compétents pour répondre à un marché qui exige une haute technicité (murs de soutènement routiers, ouvrages exemplaires), à accompagner des jeunes entreprises dans leurs démarches de professionnalisation, à participer aux projets des partenaires sur des territoires divers et à sensibiliser des institutions, des élus et des acteurs du monde économique.

Quelques exemples :

Rencontre avec la CAPEB nationale.

Cathie O’Neill, directrice ABPS, est montée à Paris le 4 février 2016 pour rencontrer Christian Schneider, président de l’Union national de la maçonnerie (UNM) et son équipe au siège nationale de la CAPEB. Jean-Jacques Pinton, responsable des Produits et Construction pour l’assurance MAAF a également été présent. Cette rencontre a été prise dans le cadre du travail sur les règles professionnelles et la garantie décennale.

Le résultat de cette rencontre a été la confirmation que la CAPEB était toujours à côté des acteurs de la filière pierre sèche pour faire avancer les dossiers, et qu’il soutiendra le dossier des règles professionnelles en commission C2P de l’Agence Qualité Construction. Monsieur Schnieder a insisté sur la nécessité de se rapprocher au Centre Technique des Matériaux Naturels de Construction (CTMNC), concernant le travail en cours sur le recensement des pierres de carrière, le « lithoscope »[1].

[1] http://www.ctmnc.fr/images/gallerie/Principales_exigences_techniques_juin_2015.pdf

Table ronde et débat sur la filière « pierre sèche » à Langres

Poinfor, centre de formation à Langres en Haute Marne, a profité de la présence du jury professionnel lors des évaluations de la formation CQP « Ouvrier professionnel en pierre sèche », pour mettre en place une table ronde et un débat le soir du 18 décembre 2012, avec des entreprises locales, des institutionnels et des représentants syndicaux du territoire. L’objectif était de réunir les partenaires, de se rencontrer autour du thème de la pierre sèche, présenter le centre de formation et la démarche de formation qualifiante, partager l’expérience de l’association ABPS et de ses membre professionnels, échanger sur le développement de la filière localement. Un rappel a été fait de la plus-value de ce mode constructif, l’appui des scientifiques et de chercheurs dans ce domaine d’activité, des éléments structurant du marché y compris les problèmes et potentiel d’approvisionnement. Une trentaine de personnes ont participé à la réunion, dont 6 entreprises Haut-Marnaise, des partenaires syndicaux, des acteurs publics du Conseil Régional, de la ville de Langres, des partenaires de l’insertion par l’activité économique et des salariés de Poinfor.

Le débat a été riche et constructif, autour duquel les participants de cette rencontre ont pu échanger sur les points forts et sur les freins liés à ce marché potentiel. En fin de réunion les participants ont continué de discuter autour d’un apéritif et d’un repas offert par le centre Poinfor.