blank blank

Mur en calcaire pour plantation de vignes à Ispagnac (48)

L’intérêt de la pierre sèche

Une pratique contémporaire

Il est question ici de la technique de la pierre sèche dans son ensemble, construction et restauration des murs de soutènement, de clôture et des bâtis. Les environnements concernés sont ceux de l’habitat, de l’agricole, du routier et des chemins.

           
Le mur en pierres sèches est résistant par la souplesse de sa structure, il peut subir de légers mouvements sans être déstructuré. Il « encaisse » les vibrations (trafic routier, secousses telluriques, mouvements géologiques, chocs lors des inondations, etc).
 
Le gros avantage du mur en pierres sèches tient à la nature drainante de sa structure. L’absence de mortier permet à l’eau de s’écouler entre les pierres. Le mur de soutènement en pierres sèches retient la terre et permet aux eaux de pluie de s’écouler en ralentissant leur cheminement. Toutes les terrasses d’un versant servent, en fait, de bassin de rétention, et constituent une prévention aux risques d’inondations, (exemple du Gard et des terrasses cévenoles).
           
En cas de sécheresse, ces mêmes terrasses servent de réserve d’eau. Sa restitution est différée dans le temps. La terrasse de terre, retenue par le mur pierre sèche, joue un peu le rôle d’une grosse éponge.
         
Les sols recouverts en calades de pierres sèches montrent une résistance particulière, dans le temps, aux phénomènes d’érosions hydrauliques et humains.
           


Retour




Replaçons au centre de la pierre sèche: « L’HOMME ». Les ouvrages en pierres sèches sont le plus souvent esthétiques. Pour celui qui aime regarder, il est évident que les constructions pierre sèche structuraient la qualité d’un paysage ou la beauté d’un site.
Ce qui est beau à faire et à regarder donne de la qualité à la vie de l’homme. La construction en pierre pèche permet véritablement un travail expressif et créatif, par la qualité de l’exécution et par l’imaginaire des formes et des couleurs.
-           Les environnements concernés sont ceux de l’habitat, du patrimoine communal, de l’agriculture avec ses cultures et ses paysages de terrasses, des routes, chemins et sentiers pédestres.
-           La pratique de la pierre sèche permet la restauration de tout un patrimoine vernaculaire : murs de soutènement, escaliers, niches, cabanes, calades, murets de clôture, etc.…
-           Des collectivités locales comme des privés sont de plus en plus sensibles à la nécessité qu’il y a de restaurer et d’entretenir ce patrimoine qui constitue une mémoire locale et une immense richesse à la fois culturelle et esthétique.
-           Enfin, il importe de relever la pertinence technique des systèmes constructifs en pierre sèche : si l’apparition du béton a dans un premier temps supplanté ces pratiques ancestrales au nom de la « modernité », elles reviennent peu à peu au devant de la scène. Résistant par la souplesse de sa structure et naturellement drainant, un mur en pierre sèche répond aux préoccupations des démarches de «Haute Qualité Environnementale» (H.Q.E.) de développement durable. Les murs, sans liant, consomment peu d’énergie et ont un écobilan très favorable.
La pierre sèche est aussi une solution contemporaine !

le dire à un ami

ARTISANS BâTISSEURS EN PIERRES SèCHES  - École professionnelle de la pierre sèche, Espinas - 48160 Saint Andéol de Clerguemort - France - Téléphone : 04 66 32 58 47 / 06 32 08 84 67 - SIREN : 449 829 423  - 
La pierre sèche en CévennesRecherche et développementFormation et QualificationCommunication et conseilL'association ABPS
-