blank blank

L'approvisionnement de pierres en Cévennes

En Cévennes, les artisans constatent une pénibilité de la demande de pierre: le travail en pierres est en augmentation mais l’approvisionnement est problématique pour plusieurs raisons.

 

Il y a une incohérence entre la demande d’authenticité pour la rénovation et le manque de carrières locales. Il existe une grande diversité de composition et de couleur de pierre selon le lieu du chantier, notamment avec le schiste, par rapport aux possibilités de fourniture en pierre locale – un beau travail de rénovation peut être gâché en utilisant une pierre non correspondante.

Autrefois l’extraction de matériaux se faisait sur place ou à proximité du chantier, par la force des choses. Actuellement ce n’est plus le possible pour des raisons administratives lourds et par division du travail. Dans le plupart des cas, le maçon n’est pas carrier.

 

Un certain nombre de pierres peut être recyclé quand il s’agit de rénovation de bâtis ou de murs de soutènement, mais il en faut toujours d’autres. Le transport de pierres venant des carrières éloignées augmente de façon considérable le prix des travaux de rénovation.

 

 
 


Retour




 

Pour faire face à ce manque en pierres locales, les artisans négocient, quand ils peuvent avec la DDE[1] ,la récupération ou l’achat des pierres venant d’élargissement des routes. Il est à noter que les entreprises de travaux publics, en général, n’ont ni le temps ni la vocation de gérer la récupération de pierre. Ce travail de récupération peut être intéressant à développer dans certains secteurs. 

Les maçons achètent parfois des ruines pour démolir (de plus en plus chères à l’achat), ou pratiquent parfois leur propre « cueillette » dans la montagne.

Aucune carrière en granite n’existe sur le territoire lozérien, les maçons se débrouillent comme ils peuvent, en achetant des vielles ruines, en cassant des gros rochers chez des agriculteurs et/ou des propriétaires privés qui souhaitent être débarrassés et en négociant parfois avec l’ONF.

 

Les règlements en matière d’urbanisme qui interdisent la rénovation de nombreuses constructions isolées prédestinent parfois de beaux ensembles à l’usage de carrière ou de pillage.

On peut se poser la question de l’impact patrimonial du recyclage de pierres bâties des ruines. Dans un territoire si riche en patrimoine bâti et si pauvre en terrain et propriétés accessibles à l’achat pour l’installation éventuelle des jeunes, est-il cohérent que les entrepreneurs de maçonnerie soient obligés de détruire des constructions, même si elles sont en ruine, par déficit de pierres locales convenables ?  


[1] Direction Départementale de l’Equipement

 

le dire à un ami

ARTISANS BâTISSEURS EN PIERRES SèCHES  - École professionnelle de la pierre sèche, Espinas - 48160 Saint Andéol de Clerguemort - France - Téléphone : 04 66 32 58 47 / 06 32 08 84 67 - SIREN : 449 829 423  - 
La pierre sèche en CévennesRecherche et développementFormation et QualificationCommunication et conseilL'association ABPS
-