Les murs de soutènement en pierres sèches

Leur rôle

Les murs de soutènement ont pour rôle de maintenir des terrains, dans des zones plus ou moins accidentées, que ce soit pour y développer des cultures, de l’habitat, ou pour y aménager des voies de communication. Ils ont donc au départ une vocation économique et d’échanges, qui est vitale pour l’implantation de l’activité humaine.

Ces murs permettent de relever certaines parties des terrains afin d’obtenir des surfaces utilisables pouvant être sensiblement plates et de niveau, et d’éviter leur ravinement par les eaux de pluie. Plus la partie que l’on veut aménager est pentue, plus les murs de soutènement vont être rapprochés et hauts.

Traditionnellement bâtis en pierres sèches, leur construction est très particulière. Il faut s’opposer au poids et à la poussée des terres qui deviennent très lourdes lorsqu’elles sont détrempées. Pour cela il faut un mur lourd, plus lourd que la terre à retenir et les poussées qu’elle engendre. Il doit être très bien bâti, et avec – surtout à la base – de grandes et grosses pierres qui vont loin en arrière pour assurer une stabilité maximum.

Un mur détruit, c’est la terre qui s’en va. Le remonter, c’est éviter que tout se dégrade, c’est aussi conserver un potentiel précieux, même s’il n’a pas d’usage immédiat.

Dans les murs de pierres sèches, il n’y a pas de liant entre les pierres de tous calibres qui les constituent, ni terre ni mortier, et ils présentent de ce fait une multitude d’interstices, de vides, qui les rendent drainants – filtrants, donc assurant la régulation et l’écoulement des eaux dans l’ensemble de leur structure. Ils représentent de ce point de vue, la réponse la plus adaptée aux contraintes d’un terrain.